Vendredi 3 avril 2020 | 9h30-18h

 

COVID-19 : évènement reporté


 

Co-organisée par Salima Tenfiche (doctorante et ATER à l’UFR LAC), Marie Pierre-Bouthier (Docteure en cinéma de Paris 1, chargée de cours à Paris 8),  Ikbal Zalila (professeur invité), Edouard Mills-Affif (MCF UFR LAC)

 

 

Université de Paris | Amphithéâtre Turing - Bâtiment Sophie Germain

8, place Aurélie Nemours, 75013 Paris

métro ligne 14 et RER C : Bibliothèque François Mitterand

tramway T3a : Avenue de France

bus 62, 64, 89, 325

 

 

Depuis une quinzaine d’années, profitant de la révolution numérique, une nouvelle génération de réalisateur·rice·s et de producteur·rice·s venus du Maghreb fait parler d’elle sur la scène internationale, à travers des films dont la radicalité esthétique, le propos politique, et l’arrimage à l’histoire nous interpellent. Ancrés dans le temps présent et dans l’esprit de leurs sociétés respectives, ces films rompent avec les traditions de leurs cinématographies nationales, en proposant des formes et des contenus qui renouvellent le cinéma contemporain dans son ensemble, bien au-delà des frontières régionales.


Dans la foulée des Printemps arabes de 2011, tout semble devenir possible : certains films résultent désormais de tournages improvisés, de films autoproduits, parfois clandestins, et délaissent le naturalisme explorer les territoires de l’oralité et de l’imaginaire et du réalisme poétique, mieux à même d’exprimer une expérience renouvelée de l’histoire et des cultures populaires.

Cette journée d’études se veut une contribution au déploiement d’une pensée sur le cinéma maghrébin : un cinéma émancipé des diktats nationaux et des standards internationaux, produit et reflet des mutations sociales, mais aussi acteur potentiel du processus démocratique. Aux antipodes des gloses « culturalistes » chargées de bienveillance post-coloniale, nous considérons que c’est à partir de l’analyse des formes et de l’étude du geste cinématographique que les sensibilités affleurent, que les résistances s’énoncent et que l’Histoire fait irruption.
Dans quelle mesure ces cinéastes rompent-il·elle·s avec la tradition du cinéma maghrébin, tel qu’il se pratiquait depuis les indépendances des années 1960 ? Aux côtés de cinéastes acteurs de ce renouveau, cette journée d’études réunira chercheur·euse·s, producteur·rice·s et programmateur·rice·s de festivals. Nous essaierons de comprendre quelles innovations formelles ont été rendues possibles par les nouvelles technologies et les modes de production (nationales et transnationales) qui en découlent. En observant ce que ces films ont de singulier, mais aussi ce qu’on y trouve de commun, nous discuterons la notion de « cinéma maghrébin » et les enjeux qu’elle pose en termes de promotion et de visibilité des films et des auteur·rice·s de cette région du monde.

 

 

 

Téléchargez le Flyer


 

 

Entrée libre

 

Programme :

9h-9h30 : Accueil des participants - Introduction et mot de bienvenue

9h30 - 12h30 : PANORAMA DES CINÉMATOGRAPHIES DU MAGHREB

modéré par Edouard Mills-Affif (Maître de conférence, Documentariste, Université de Paris)


Salima Tenfiche (Doctorante et ATER en cinéma, CERILAC, Université de Paris),
« Le cinéma algérien de la démystification, de la sidération au mouvement (2005-2019) »


Marie Pierre-Bouthier (Docteure en cinéma de Paris 1, chargée de cours à Paris 8),
« Mémoire, oralité, réalités : nouveaux territoires du cinéma marocain de l’ère post-Hassan II»


Ikbal Zalila (Maître de conférence, Université de la Manouba, Tunis, professeur invité),
« Éloge des marges : marginalité et résistance dans un certain cinéma tunisien »


Échanges avec la salle

 

*************************************

 

14h30 - 18h : UNE NOUVELLE VAGUE AU MAGHREB ? GESTES ET PRATIQUES DE CINÉASTES

Tables-rondes modérées par Ikbal Zalila (Professeur invité Université de la Manouba, Tunis)


en présence des cinéastes :
Mohammed Ben Attia, Ivan Boccara, Nadir Bouhmouch, Leila Bouzid, Youssef Chebbi, Sofia Djama, Ali Essafi, Hassen Ferhani,
Leila Kilani, Walid Mattar,Walid Tayaa.

 

18h
Conclusion & Pot de clôture